Kontrapress

Propagande officielle en Bosnie-Herzégovine : des médias au service de la classe politique

| |

Une révolte de la misère et de la faim ? Mais pas du tout ! Ne défilent dans les rues de Sarajevo que « des hooligans, des drogués et des voleurs », tous « pire que les tchétniks » : voici ce qu’expliquent les médias de Bosnie, tous attachés à préserver la classe politique et à garantir le maintien du statu quo. Décryptage d’une insupportable compromission.

Par Paulina Janusz Face aux événements qui secouent la Bosnie-Herzégovine, une étrange « union sacrée » s’est nouée entre les médias et les partis fédéraux de Bosnie-Herzégovine. Retrouvez notre dossier : Bosnie-Herzégovine : la révolte sociale gagne tout le pays Nos pseudo-journalistes cherchent à « calmer la situation », à retourner l’opinion publique contre les manifestants, à détourner l’attention et avant tout à assurer le maintien du statu quo politique. Les journaux télévisés relatent les évènements en parlant de « vandalisme » et en montrant des photographies choquantes. Seuls les réseaux sociaux servent d’antidote à la désinformation. « (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous