Mašina

Privatisation du sport en Serbie : attention, danger !

| |

La privatisation des grands clubs est une antienne qui revient régulièrement en réponse aux difficultés que peuvent connaître les équipes serbes de football. Mais c’est un remède plus dangereux que le mal, comme le démontre l’exemple roumain, tandis qu’en Croatie, ce sont les supporters qui se sont mobilisés pour exiger une meilleure gouvernance de leur équipe.

Par Predrag Momčilović Le sport occupe une place capitale en Serbie. Dans la constitution du pays, l’activité sportive est décrite comme étant un bien social dépendant directement de l’Etat et créateur structurel d’emplois. Mais le système de financement des activités sportives se concentre essentiellement sur les clubs actifs sur les scènes professionnelles, tandis que le sport amateur et récréatif est presque laissé à l’abandon. Découvrez notre Cahier N°9 : Les Balkans et le sport : talents, exploits et corruption 202 pages, juin 2010, 14 euros Dans les Balkans, le sport n’est pas une question de vie ou de mort, c’est bien plus important (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous