I Efimerida

Photo : Enri Canaj, chroniqueur albanais des marges de la Grèce

| |

Arrivé à Athènes en 1991 avec ses parents qui fuyaient l’Albanie, Enri Canaj est aujourd’hui l’un des photographes grecs les plus respectés. Après avoir grandi dans les faubourgs, il a tout naturellement choisi de capturer les images des mondes interlopes, dans un noir et blanc à l’onirisme puissant. Portrait d’un nouveau maître de la photo documentaire.

Par Matoula Kousteni Quand il a fait le voyage de Tirana à Athènes, à l’âge de onze ans, toutes ses affaires tenaient dans un sac. Il a passé son adolescence dans les ruelles de Kerameikos et de Kolonos. Il fréquentait les cours du soir et, la journée, il travaillait comme menuisier. À 20 ans, avec l’argent mis de côté, il a acheté son premier appareil photographique. Aujourd’hui, après plus de 23 ans passés en Grèce, le photographe albanais Enri Canaj enseigne à l’école de photographie Leica, il travaille comme photoreporter au journal Ta Nea et ses photos sont publiées dans des journaux étrangers. Le 16 mars, le Centre d’Art Moderne de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous