Patrimoine culturel des Balkans : à qui sont ces guslas ?

| |

L’inscription de la gusla au patrimoine mondial de l’humanité revient régulièrement sur le bureau de l’Unesco, provoquant toujours moult polémiques nationalistes. Cette fois, ce serait le Kosovo qui s’y mettrait, conjointement avec l’Albanie, un an après avoir vu sa candidature recalée. Le patrimoine culturel peut-il devenir une marque déposée ?

Par Jelka Vukobratović Pour la énième fois, l’idée de présenter la gusla à l’inscription sur la liste du patrimoine de l’Unesco échauffe les esprits, surtout dans les milieux nationalistes. Un nouveau prétendant est aujourd’hui en lice : le Kosovo. En 2015, la candidature de Pristina à l’Unesco avait été rejetée, mais les médias balkaniques ont récemment annoncé que le Kosovo, en partenariat avec l’Albanie, voulait faire inscrire la gusla au patrimoine mondial de l’humanité. Cette annonce n’a pas été officiellement confirmée pour le moment, mais elle a déjà suscité une vive polémique dans les Balkans. À la différence d’autres instruments (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous