Monténégro : impossible dialogue entre le pouvoir et l’opposition ?

| |

Les négociations parlementaires pour l’organisation d’élections « libres et démocratiques » ont échoué. Le dixième rendez-vous entre l’opposition et la majorité, le 19 février, s’est terminé sur un constat d’échec, les points les plus disputés étant le contrôle des services secrets et des médias publics. L’analyse de Miodrag Lekić, le dirigeant de l’Alliance démocratique (Demos).

Propos recueillis par Milena Perović-Korac Ancien ambassadeur, Miodrag Lekić a été candidat à la présidentielle de 2013, qu’il estime avoir remporté, sa victoire étant annulée par les fraudes du régime. Porte-parole d’une large coalition d’opposition, le Front démocratique, il a finalement créé son propre groupe, l’Alliance démocratique (Demos), qui s’est engagée dans le dialogue parlementaire avec le Parti démocratique des socialistes (DPS), la formation de Milo Đukanović. Monitor (M.) : Les négociations parlementaires menées entre l’opposition et la majorité ont échoué le 19 février. Pensez-vous qu’un accord était possible ? Miodrag Lekić (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous