Jam session au Kosovo, ou la longue histoire du jazz à Mitrovica

| |

Ce n’est pas New Orleans, c’est Mitrovica City. Dans la ville divisée du nord du Kosovo, le jazz a une longue histoire, liée au développement des mines, dans les années 1920 et 1930. Naturellement « multiethnique », le jazz a survécu aux guerres, au communisme, aux divisions nationalistes et, depuis dix ans, les musiciens albanais et serbes ont été les premiers à franchir le pont.

Par Sanja Sovrlić « Pas besoin d’aller à l’autre bout du monde pour écouter du jazz, on ramène les meilleurs musiciens chez nous. » Voilà comment pourrait commencer – ou finir – cette histoire, une histoire de Mitrovica, cette ville dont on finit par oublier qu’elle n’a pas toujours été divisée... C’est une histoire de musique, de passionnés de jazz, qui remonte à un temps dont les derniers dépositaires vivants ne sont plus très nombreux : l’entre-deux-guerres. À l’époque on croisait dans le centre de la petite ville minière du nord du Kosovo des dames en robe du soir et des hommes en costume qui se rendaient aux bals de l’hôtel Jadran ou de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous