Macédoine : femmes, ouvrières précaires, interdites de maternité, vite licenciées...

| |

Dans les entreprises textiles de Macédoine, les contrats de courte durée sont la règle, et quand une travailleuse tombe enceinte, c’est la porte... Le modèle ultra-libéral promu par le gouvernement annule tous les droits sociaux, mais ce même gouvernement prétend pourtant mener une politique nataliste favorable à la famille !

Par Adela Giorgijoska Qu’est-ce qui est le plus désespérant ? L’annonce du licenciement ciblé, le 7 juillet 2016, de dix employées enceintes de l’usine textile de Kriva Palanka, dans le Nord-Est de la Macédoine, ou bien la manière dont les médias ont relayé l’information. « La grossesse fait perdre leur emploi à dix ouvrières », titrait l’un d’entre eux, mettant l’accent sur le corps des employées et ses fonctions reproductrices, évacuant ainsi du débat la responsabilité des employeurs... Le corps féminin se retrouve au cœur de la discussion, et le débat public porte sur l’intimité et la sphère privée au lieu d’aborder les rapports sociaux, la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous