Louis-Emil Eyer, le héros suisse de la Bulgarie

| |

Depuis début septembre la Bulgarie a honoré la mémoire d’un Suisse décédé il y a tout juste cent ans. Considéré dans ce pays comme un héros national, Louis-Emil Eyer est à l’origine du développement de l’éducation physique dans les écoles bulgares. En Suisse, ce pionnier est, en revanche, inconnu.

Par Miroslaw Halaba On le voit un peu partout en Bulgarie, inscrit en caractères cyrilliques. Le nom de Louis Eyer figure sur les plaques de rues. Une artère importante de la capitale, Sofia, s’appelle Louis Eyer, tout comme le stade municipal de Silistra, bourgade située au nord-est du pays. Décédé à l’âge de 51 ans, lors de la Première Guerre mondiale sur le front greco-bulgare, le 2 septembre 1916, ce Suisse a joué un rôle-clé dans l’histoire de la Bulgarie. D’origine bernoise, né à Bex (VD) en 1865 et ayant habité à Vevey, Louis Eyer avait quitté la Suisse en 1894, en compagnie de neuf enseignants, maîtres de gymnastique, pour jeter les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous