Pro-charbon, anti-pollution : le casse-tête chinois de la Serbie

| |

Un prêt chinois pour construire une nouvelle centrale thermique ; un prêt européen pour réduire les émissions de SO2. Ainsi progresse la Serbie, un des pays les plus polluants d’Europe.

Par Milica Šarić En décembre 2014, la Serbie a accepté un prêt de 608,2 millions de dollars de la banque d’État chinoise Exim. L’argent devait servir à la construction du troisième bloc de la centrale thermique Kostolac B et à l’extension de la mine de lignite à ciel ouvert qui alimente la centrale. Si Belgrade a l’intention d’augmenter sa production d’électricité de quelques kilowatts issus de la combustion du charbon, les habitants du village de Drmno, proche de la centrale et de la mine, demandent depuis plus d’un an à être déplacés, car leur santé et leurs conditions de vie sont en danger. Pour eux, cette construction signifie de nouveaux (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous