Kosovo : le défi du Tribunal spécial pour les crimes de guerre

| |

Le Tribunal spécial pour les crimes de guerre pourrait bien vite bouleverser la scène politique kosovare. Pour les analystes, de nombreux événements, dont les troubles actuels dans le pays, sont en lien direct avec l’inculpation potentielle d’anciens hauts responsables de l’UÇK aujourd’hui au pouvoir. Les premiers actes d’accusation ne devraient plus tarder.

Par Amra Zejneli Lors de sa visite à Belgrade et Pristina début novembre, le nouveau Procureur du Tribunal spécial David Schwendiman a annoncé aux dirigeants des deux pays qu’il comptait sur leur coopération. Soulignant l’indépendance de son rôle, il a répété qu’il ne serait guidé que par les faits, et qu’il ne se laisserait pas influencer par quiconque. Dans une interview accordée le 15 novembre à BIRN, David Schwendiman a annoncé que son équipe avait rassemblé suffisamment de preuves pour accuser certains anciens membres de l’Armée de libération du Kosovo (UÇK), tout en précisant qu’il visait des criminels soupçonnés, et non l’UÇK en tant (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous