Grèce : Syriza brade ses promesses et le port du Pirée aux Chinois

| |

Syriza avait promis de défendre le port du Pirée, mais la Grèce vient de céder 67% de son capital au géant chinois COSCO. C’est une conséquence directe de l’accord de juillet avec les créanciers d’Athènes, qui ont exigé la relance des privatisations pour renflouer les caisses de l’État.

Par Elisa Perrigueur Sur les larges quais de béton qui bordent la mer, les montagnes de containers colorés et les grues, estampillés Cosco, surplombent la zone industrielle bouillonnante. Au port du Pirée, en banlieue d’Athènes, le Chinois China Ocean Shipping Company (COSCO) est déjà bien visible. Bientôt, il étendra son empire en Grèce pour créer « un pont entre l’Asie et l’Europe », un immense « hub » de transit. Athènes a finalement accepté, mercredi 20 janvier, de céder 67% de la société du Port du Pirée (OLP) à l’entreprise chinoise, et ce jusqu’en 2052. L’agence de privatisations grecque a annoncé la validation de l’offre de 368,5 millions (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous