« Le plus important, c’est le souffle » : entretien avec Mathias Enard

| |

Son premier livre est un roman qui plonge le lecteur dans la conscience d’un tireur d’élite opérant dans une ville en guerre : La Perfection du tir (Actes Sud, 2003), sublime récit sur l’attente, la tentative d’aimer dans un monde où les seuls repères sont ceux de la violence quotidienne.

Propos recueillis par Corinne Martin Son premier livre est un roman qui plonge le lecteur dans la conscience d’un tireur d’élite opérant dans une ville en guerre : La Perfection du tir (Actes Sud, 2003), sublime récit sur l’attente, la tentative d’aimer dans un monde où les seuls repères sont ceux de la violence quotidienne. Mathias Enard, 35 ans, d’après la revue Technikart, est l’un des 10 jeunes écrivains français les plus talentueux. Invité à l’occasion des 8e Rencontres européennes du Livre de Sarajevo, il se trouve pour la première fois en Bosnie. Ses connaissances de l’arabe et du russe lui permettent de comprendre beaucoup de choses ici, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous