Serbie : l’heure de la révolte citoyenne a-t-elle sonné ?

| |

À Belgrade, Niš, Kraljevo ou Novi Sad, de plus en plus d’associations citoyennes se réunissent pour manifester leur colère, au point de rendre nerveux le gouvernement Vučić. Reste encore à s’organiser en plateforme politique. À l’exemple de Podemos en Espagne ? Et à quel prix ?

Par Branka Mihajlović Le Front citoyen se compose de sept organisations venues de cinq villes de Serbie : l’initiative Ne da(vi)mo Beograd, le Front Local de Kraljevo, l’Association des présidents d’associations de locataires de Niš, le Mouvement Soutiens RTV de Novi Sad, le Bureau de recherches sociales de Belgrade, la Ligue des Roms et le Centre multiethnique pour le développement de la région Danube 21 de Bor. Objectifs ? « Nos intérêts communs sont le contrôle de la privatisation du secteur public, la protection des droits de l’homme et la création de postes vacants dans toutes les administrations publiques, postes destinés à être (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous