La Serbie en « dépôt de bilan permanent » : entreprises zombies et grande braderie

| |

Srbijagas, FAP, Investbanka et maintenant Politika. Tous ces géants yougoslaves en faillite ont en commun d’être artificiellement maintenus en vie par l’État de Serbie. Ou plutôt par le parti au pouvoir, aujourd’hui le SNS d’Aleksandar Vučić, qui s’en sert pour faire vivre ses troupes. La tribune au vitriol de Peščanik.

Par Mijat Lakićević Fin novembre, Danas annonçait que Politika, le plus ancien quotidien des Balkans, était en faillite. La réaction de Politika, qui appartient à part égale à Politika SA et à East Media Group, une entreprise russe dirigée par Miroslav Bogićević ne ne s’est pas faite attendre : le groupe de presse n’est pas en faillite, mais « en PRJ ». PRJ est l’acronyme de « procédure de réorganisation judiciaire » (UPPR, Unapred Pripremjleni Plan Reorganizacije), une sorte d’antichambre de la faillite. En France, on dirait « dépôt de bilan ». Il s’agit de donner à l’entreprise une dernière chance pour mettre en œuvre un plan (financier) censé (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous