Migrants et réfugiés : en Grèce, leçons de solidarité

| |

Plus de 40 000 réfugiés en Grèce et des milliers de citoyens se mobilisent pour leur venir en aide, avec des moyens drastiquement réduits. La société grecque est-elle la seule à encore défendre les valeurs européennes fondamentales ? « Bruxelles fait semblant de rien, comme si elle ne se rendait pas compte de ce qui se passait », déplore Despina Syrri, de l’ONG Symβiosis. Entretien.

Par Andrea Oskar Rossini La fermeture de la route des Balkans est en train de provoquer une très grave crise humanitaire en Grèce. Despina Syrri, l’une des fondatrices de Symβiosis, une ONG basée à Thessalonique, encourage l’intégration politique, sociale, économique des migrants, des réfugiés et des communautés les plus vulnérables. Osservatorio Balcani Caucaso (OBC) : Quelle est la situation en Grèce et en particulier dans la zone de Thessalonique ? Despina Syrri (D.S.) : Depuis la fermeture des frontières, le nombre de personnes bloquées en Grèce augmente de jour en jour. On compte actuellement 40 000 personnes environ arrivées au (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous