L’Albanie, la Turquie d’Erdoğan et le retour de l’Empire ottoman

| |

Quel rôle la Turquie joue-t-elle en Albanie, où les réseaux de l’imam Fethullah Gülen auraient été particulièrement bien implantés ? Quel regard les élites politiques albanaises portent-elles sur le régime de Recep Tayyip Erdoğan ? L’analyse de Piro MIsha, spécialiste de l’identité albanaise et sévère critique du « néo-ottomanisme ». Entretien.

Propos recueillis par Louis Seiller Le Courrier des Balkans (CdB) : Quelles relations la Turquie entretenait-elle avec le régime communiste albanais ? Piro Misha (P.M.) : La Turquie était l’un des rares pays à avoir de bonnes relations avec le régime. Enver Hoxha a toujours parlé de la Turquie comme d’un « pays frère » même si ce jugement n’englobait pas l’élite politique turque. Cela renvoyait à l’héritage historique car la Turquie a toujours été un acteur important dans la région, mais aussi au fait que la Turquie essayait de contrebalancer l’influence grecque que l’Albanie percevait comme une menace. CdB : Quelle a été la position de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous