Novosti

L’Académie serbe des Arts et des sciences (SANU) et son univers impitoyable

| |

L’Académie serbe des sciences et des arts (SANU) n’a jamais été un lieu tranquille, où de vieux messieurs très cultivés se livreraient, dans une atmosphère éthérée, aux joies de la pure spéculation intellectuelle. Combines politiques, subtils jeux d’alliance, accusations récurrentes d’élections truquées... L’Académie est un véritable noeuds de vipères. L’écrivain Goran Petrović vient d’y faire son entrée. Bon courage !

Par Saša Ilić Au salon du livre, j’ai croisé un vieil ami, un écrivain qui essaie depuis des années de monter sur le devant de la scène littéraire serbe, en suivant le modèle de Goran Petrović. Alors qu’on était là, accoudés au bar dans la salle réservée aux journalistes et autres flâneurs, je l’écoutais se consoler d’être passé l’an dernier à deux doigts du prix Andrić. Il me dit : « Tu vois ce qui arrive à Goran Petrović ? » « Non, lui répondis-je. Il ne serait pas devenu directeur de la maison d’édition Službeni glasnik ? » « Mais non, rétorque mon ami. Le type a ramassé tous les prix qui existent et là, il se demande ce qu’il va faire, quel jeu il va (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous