Le Courrier du Kosovo

Kosovo : les camps rroms de la honte fermeront-ils un jour ?

| |

De nombreux Rroms ont trouvé refuge dans des camps du Nord du Kosovo, victimes collatérales du conflit de 1999-2000. Les Albanais, les accusant d’avoir collaboré avec les Serbes, ont brûlé leurs maisons. Le taux de mortalité infantile particulièrement élevé témoigne de l’insalubrité dans laquelle ils vivent depuis dix ans, sans eau ni chauffage. La plupart espèrent migrer vers l’UE, les autres pensent au suicide. Un reportage édifiant de notre correspondante au Kosovo.

Par Serbeze Haxhiaj Une couverture mouillée à moitié déchirée et un pantalon d’enfant. C’est tout ce qu’a pu trouver Gjylieta Bahtiri, une rrom du camp de Leposavić/Leposaviq, dans les poubelles ce matin. Chaque midi, après son « travail », elle revient au camp nourrir ses trois enfants. Originaire de Vushtrri/Vučitrn, elle a trouvé refuge dans ce camp depuis maintenant dix ans. Elle vient juste de perdre son mari, mort d’un cancer... Après avoir perdu son fils qui n’avait pas deux ans. Ce fut le parcours du combattant pour les enterrer, car il n’y a pas de place pour les morts, ici. Des morts, qui souvent sont de jeunes enfants. « On nous a (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous