Kosovo : le grand scandale des privatisations (1/2)

| |

Au Kosovo, le processus de privatisation est bien avancé, mais souvent, les nouveaux propriétaires des entreprises n’y ont pas accès, car elles restent toujours « usurpées » par ceux qui ont fait main basse sur ces biens à la fin de la guerre. Un « climat des affaires » très propice aux investissements, en somme... Retour sur un des plus grands scandales de l’après-guerre.

Par Lavdim Hamidi Naser Januzi a le cœur qui se serre chaque fois qu’il regarde depuis la fenêtre de son bureau le supermarché dont il est théoriquement le propriétaire, de l’autre côté de la rue, mais où il n’a pas accès. Cela fait deux ans qu’il a acheté ce magasin, dans le cadre du processus de privatisation, mais ce bien est toujours occupé par un fonctionnaire, cadre d’un parti politique proche du pouvoir. Lors de l’appel d’offres, Naser Januzi avait offert le meilleur prix et il a officiellement été proclamé nouveau propriétaire du magasin par l’Agence kosovare de la Privatisation (AKP), l’institution responsable de l’administration, de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous