Kosovo : la démocratie en échec

| |

Parlement bloqué, députés en prison, la crise politique qui ronge le Kosovo ne cesse de s’aggraver. Au-delà du bras de fer entre l’opposition et le gouvernement, le pays paie aujourd’hui le prix de ses échecs répétés : faillite de la justice, souveraineté limitée, démocratie mise sous le boisseau au nom de la « stabilité » si chère aux chancelleries occidentales. Analyse d’un chaos organisé.

Par Hysni Bajraktari Alors que le bras de fer se poursuit entre le gouvernement et l’opposition, la dernière, et courte, visite du Secrétaire d’État américain John Kerry à Pristina a timidement permis d’amorcer un dégel des positions. La modeste « invitation au dialogue » lancée par le Premier ministre Isa Mustafa été rejetée par l’opposition. Néanmoins, « la femme des Américains » au Kosovo, la Présidente Atifete Jahjaga, est en train de recevoir séparément les parties, pour essayer de trouver un accord. « Nous devons sortir de la crise sur la base des lois et de la Constitution », a rappelé lundi Isa Mustafa, après avoir rencontré la chef de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous