Le Courrier des Balkans

Kosovo : la « coalition des ennemis » au pouvoir ou le grand paradoxe occidental

| |

Après six mois de crise politique, le Kosovo a finalement accouché d’une « coalition des ennemis » réunissant le PDK du Premier ministre sortant Hashim Thaçi et la LDK du nouveau Premier ministre, Isa Mustafa. Un gouvernement constitué sous pression des Occidentaux, qui maintiennent ainsi au pouvoir des élites qui risquent de se retrouver devant le Tribunal spécial sur les crimes de guerre, dont la création est elle aussi souhaitée par Bruxelles et Washington.

Par Hysni Bajraktari Il aura fallu six mois de tergiversations après le scrutin législatif du 8 juin dernier pour finalement revenir à la formule attendue et préférée de la communauté internationale : une coalition des « grands », entre le PDK du Premier ministre sortant, Hashim Thaçi, la LDK du nouveau Premier ministre, Isa Mustafa, et la liste « Srpska » téléguidée par Belgrade. Retrouvez notre dossier : Crise politique au Kosovo : un gouvernement PDK-LDK made in USA Qualifié de « supergouvernement » avec ses 19 ministres, ses 50 vice-ministres et une large majorité au parlement, l’exécutif aura également « trois Premiers ministres, voir (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous