Kosovo : toujours pas de justice pour les victimes de viols de guerre

| |

Plus de quinze ans après la fin de la guerre au Kosovo, les victimes de violences sexuelles ne sont toujours pas officiellement reconnues et les auteurs de ces crimes ne sont pas inquiétés. Face à l’inaction des autorités et aux tabous familiaux, les ONG réclament plus de volonté politique.

Par Amra Zejneli Les institutions du Kosovo sont incapables d’accorder un statut définitif aux victimes de violences sexuelles pendant la guerre, dénoncent les représentants de la société civile. Le cadre législatif et le règlement sur la création d’une Commission pour la vérification et la reconnaissance du statut de victime de violences sexuelles ont certes été adoptés, mais la commission n’a toujours pas été formée par le gouvernement. En mars 2014, après quinze ans de tabou, le Parlement du Kosovo a adopté un amendement à la loi sur le statut et les droits des anciens combattants de l’UÇK, des invalides de guerre, des victimes civiles et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous