Le Courrier du Kosovo

Intégration européenne ou « Grande Albanie » ?

| |

Le Premier ministre albanais Sali Berisha s’est prononcé en faveur de l’unification nationale des Albanais. Une déclaration qui a provoqué un séisme à Belgrade, la confusion à Pristina et de la joie confinant à l’euphorie dans les cercles ethnocentristes de Pristina, Preševo et Skopje. Avec cette déclaration qui rappelle les politiques balkaniques populistes du XXe siècle, le Premier ministre albanais ne risque-t-il de refaire des Balkans une poudrière ? L’analyse du journaliste Halil Matoshi, de Pristina, pour qui l’intégration européenne est la seule alternative porteuse de paix pour la région…

Par Halil Matoshi Dans les Balkans, comme du reste dans toute l’Europe, le lien de chaque chose avec chaque chose, connu sous le nom d’effet domino, constitue l’alpha et l’oméga de l’équilibre géopolitique, puisque tout mouvement éphémère d’une partie du monde peut mettre le feu à toute une région. Ainsi, on a vu les réactions en chaîne en Ossétie du Sud et en Abkhazie après l’indépendance du Kosovo, bien que cette dernière ait été qualifiée de cas « sui generis ». De ce point de vue, l’idée d’un membre du Congrès américain, Dana Rohrabacher, d’un échange de territoires entre les trois communes serbe du nord du Kosovo (Leposavić, Zubin Potok et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous