Grèce : le pape à Lesbos, un pari politique pour le patriarcat œcuménique de Constantinople

| |

La visite du pape François à Lesbos était un défi politique à une Europe qui se couvre de barbelés et oublie ses principes de solidarité, mais elle représentait aussi un pari risqué pour le patriarcat œcuménique de Constantinople, très engagé dans le dialogue oecuménique et partisan d’une orthodoxie active dans la cité et la société.

Par Jean-Arnault Dérens (Avec Deutsche Welle)— C’était la première fois dans l’histoire que le chef de l’Église catholique et la plus haute autorité morale et spirituelle de l’orthodoxie prenaient ensemble position face à une crise politique et à un scandale humanitaire. En se rendant à Lesbos, samedi 16 avril, en compagnie du patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomée Ier, le pape François ne voulait pas seulement lancer un fort message politique à une Europe qui s’enferme dans ses frontières, mais aussi relancer le dialogue œcuménique après le rapprochement historique amorcé entre le Vatican et l’Église orthodoxe russe lors de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous