Le Courrier des Balkans

Fin de South Stream : la Bulgarie se retrouve le bec (de gaz) dans l’eau

| |

En 2008, le Président bulgare avait parlé de « Grand Chelem » après la signature d’un contrat géant avec la Russie de Poutine. Il prévoyait la participation à South Stream et à l’oléoduc Bourgas-Alexandroupolis plus la construction d’une centrale nucléaire à Belene. Six ans plus, il n’en reste rien. Comment la Bulgarie a-t-elle tout perdu ?

Par Ivo Hristov (A-specto Magazine) « Les libérateurs se plaignent des libérés aux ex-colonisateurs ». Ce titre ironique de la presse turque résume admirablement l’intrigue triangulaire entre la Bulgarie, la Russie - qui a libéré la Bulgarie de l’Empire Ottoman en 1878 - et la Turquie. La raison en est l’abandon du projet de gazoduc South Stream, annoncé par le Président russe lors de sa visite à Ankara le 1er décembre. Si on en croit le quotidien turc Hürriyet, Vladimir Poutine s’est plaint à son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan de l’incapacité des politiques bulgares de se comporter en dirigeants d’un pays souverain. Retrouvez notre dossier (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous