Serbie : festival Exit, l’envers du décor

| |

Présenté comme le « meilleur festival d’Europe », Exit, qui commence cette année le 7 juillet, n’est plus l’événement militant et promoteur de musique alternative qu’il était à ses débuts. Aujourd’hui, Exit est devenu un « État dans l’État ». Témoignage coup de poing d’un musicien de Novi Sad, depuis les coulisses du festival.

Par Nikola Vitković Avec mon groupe underground, nous avons joué en Hongrie, en Autriche, en Slovénie, en France, en Belgique, et bien sûr le plus souvent en Serbie, sans jamais nous faire entuber… sauf par Exit, sacré meilleur festival européen en 2014. Non que je me sois attendu à des miracles. L’époque des débuts de ce festival, lancé par des jeunes en Serbie, est depuis longtemps révolue, et je le savais. Aujourd’hui, Exit est orienté vers un public étranger, le prix des billets est prohibitif pour la majorité de nos concitoyens, et les conditions d’accueil des groupes locaux pour le moins spartiates. Pourtant, nous avons décidé (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous