Le Courrier de la Serbie

EXIT : douzième édition d’un tapis de pintes en plastique écrasées

| |

Depuis jeudi, EXIT 2011 bat son plein. Chaque soir, 100 à 200.000 personnes se pressent dans les cours, les allées et les recoins et les multiples scènes de la forteresse de Petrovaradin, à Novi Sad. Depuis sa création, en 1999, EXIT n’a cessé de se professionnaliser, ce qui lui vaut désormais d’être considéré comme l’un des meilleurs festivals du monde. Par contre, la dimension politique revendiquée par les fondateurs d’EXIT est bien difficile à retrouver... Reportage.

Texte et photos : Florentin Cassonnet Un tapis de pintes de bière en plastique foulé par des dizaines de milliers de festivaliers, c’est immanquablement la sensation qui colle aux pieds à chaque nuit de cette 12e édition d’Exit Festival. Comme chaque année, la forteresse de Petrovaradin à Novi Sad attend entre 100.000 et 200.000 personnes avec pour projet commun d’aller de concert en concert en ingurgitant autant d’alcool que possible. Les spectacles finissent à l’aube, l’armée des nettoyeurs prend le relais pour redonner au site une nouvelle virginité. Puis on recommence, quatre jours durant. Pour cet Exit 2011, Pulp, Arcade Fire, Grinderman, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous