Économie : pourquoi le Kosovo rechigne à ratifier l’accord de libre-échange avec la Turquie

| |

Signé en 2013, l’accord de libre-échange entre le Kosovo et la Turquie n’a jamais été ratifié par Pristina. Dans la capitale kosovare, beaucoup s’inquiètent d’un effondrement des barrières douanières qui risquerait d’affaiblir les entreprises locales, incapables de lutter contre le géant turc.

Par Luljeta Krasniqi Veseli En 2013, le Kosovo et la Turquie signaient un accord de libre-échange. Mais à la différence d’Ankara, Pristina ne l’a jamais ratifié. Car, pour beaucoup d’économistes du petit pays, la mise en place des dispositions de ce texte entraînerait d’importants déséquilibres commerciaux entre les deux États, au vu de la puissance économique du géant turc. La Turquie est pourtant l’investisseur étranger le plus important au Kosovo, 57 millions d’euros rien que durant l’année 2015. Les exportations turques dans ce pays atteignent chaque année 250 millions d’euros. De son côté, le Kosovo ne livre par an que dix millions (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous