Nova Makedonija

Dans les Balkans, un recensement c’est la guerre !

| |

En 2011, des recensements doivent être organisés dans plusieurs pays de l’UE et de l’Europe du Sud-Est. Normalement, un recensement est une banale opération de comptage de la population mais, dans les Balkans, c’est un sujet éminemment polémique. Avant même leur tenue, ces recensements suscitent déjà de vives controverses, notamment en Albanie et en Macédoine, où l’on ne sait toujours pas, à un mois du début prévu, si ceux-ci pourront bien avoir lieu. L’analyse de Nova Makedonija.

Par Mirka Velinovska Carte ethnographique de la Péninsule des Balkans, Paris, 1918 À un mois du recensement en Macédoine, on ne sait toujours pas s’il aura lieu. Est-ce que l’idée de certains politiques de vouloir le boycotter n’équivaut pas à remettre en question son objectivité et sa viabilité ? Dans les Balkans, les turbulences provoquées par un recensement ne sont pas l’exception mais la règle. Depuis deux cents ans, les pays modernes estiment que le recensement est une opération statistique indispensable devant avoir lieu tous les cinq ou dix ans. En rassemblant des informations sur le nombre d’habitants et de ménages, sur (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous