Radicalisation et discours de haine en Croatie, à qui la faute ?

| |

Pour la Présidente croate, Kolinda Grabar Kitarović, la radicalisation de la société, la haine et l’intolérance qui se diffusent en Croatie, ne sont pas le fait du HDZ et de la droite. Elles seraient, selon elle, l’œuvre de l’opposition, qui « souhaite rétablir la Yougoslavie et le communisme ».

Par Marijan Vogrinec " title="© Wikipédia" /> « Comment qualifier ce qu’a récemment vécu un membre de ma famille, à Rijeka, en plein centre ville : il s’est fait cracher dessus et traiter d’Oustachi par un passant ? » Question rhétorique posée au député et président du Conseil populaire serbe, Milorad Pupovac, par la Présidente croate, Kolinda Grabar Kitarović (KGK). Milorad Pupovac avait attiré l’attention de la Présidente, du Premier ministre Tim Orešković et du président du Parlement, Željko Reiner, sur « la montée de l’intolérance et des messages de haine envers les minorités politiques, ethniques et religieuses en Croatie », ainsi que sur les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous