Croatie : un paysage politique en champs de ruines

| |

La coalition clérico-nationaliste entre le HDZ et Most n’aura pas tenu six mois. Minée par la crise économique, la Croatie peine à trouver sa voie depuis son entrée dans l’UE et le pays se déchire sur la question identitaire. Alors que des élections législatives anticipées se profilent, faut-il s’attendre à une recomposition totale du paysage politique, avec l’émergence de nouveaux acteurs et la chute des deux grands partis traditionnels ? Entretien avec le politologue Dejan Jović.

Propos recueillis par Zoran Daskalović " title="© zajednohrvatska.wordpress.com" /> Novosti (N.) : On a le sentiment que la Croatie est incapable de se réformer, surtout à cause de la polarisation entre la droite et la gauche, l’Union démocratique croate (HDZ) d’un côté, et le Parti social-démocrate (SDP) de l’autre. Mais le gouvernement dirigé par Tihomir Orešković , a fini par tomber malgré la proximité idéologique entre la « Coalition patriotique », emmenée par le HDZ, et Most. Est-ce le signe d’un nouveau clivage ? Dejan Jović (D.J.) : Cela dépend du score que fera Most aux prochaines législatives. Si Most fait un petit score, cela (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous