Bulgarie : une police inefficace, irréformable et qui coûte cher

| |

Les policiers sont toujours plus nombreux dans les bureaux du ministère, mais toujours moins nombreux à patrouiller dans les villes et les villages du pays... La police bulgare est une institution bureaucratique, coûteuse et inefficace, qui n’a pas su se réformer depuis la chute du communisme. L’analyse sans pitié de trois experts.

Par Nikolaï Cekov Les Bulgares paient très cher leur sécurité, mais n’obtiennent qu’un service de piètre qualité. Le ministère de l’Intérieur applique une logique absurde : toutes les dépenses sont affectées à l’administration, bien évidemment au détriment de la dotation en personnel et ressources techniques pour lutter contre le crime organisé et les délits de toute nature. Ces dix dernières années, plus de 50 amendements ont été apportés à la Loi sur la sécurité et les compétences des différents services intérieurs comme des différentes directions n’ont pas cessé d’être redéfinis. En réalité, ces pseudo-réformes visaient surtout à préserver les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous