Bulgarie : quand le régime communiste traquait les minorités nationales

| |

Dans les années 1980, la Bulgarie socialiste mena une politique de « bulgarisation » forcée des minorités musulmanes, Turcs et Pomaks. Mais la méfiance du régime envers les minorités nationales, à commencer par les Rroms, avait déjà une longue histoire. De nouveaux documents éclairent cette face sombre du régime communiste bulgare.

Par Nikolai Cekov « Malgré les soins infatigables et constants du parti pour eux, les Rroms tentent de s’échapper de la République populaire de Bulgarie » : voilà le constat sans appel que l’on peut lire dans un rapport secret daté de juillet 1980, envoyé à toutes les divisions centrales et de district de la Sûreté d’État (Drzhavna Sigurnost, DB) et de la police. Le document indique qu’environ 6 000 Rroms, par des voies mystérieuses, se sont procurés des passeports de personnes d’origine turque. Les Rroms avaient commencé à susciter l’intérêt des services de la sécurité extérieure du régime communiste douze ans plus tôt, quand quinze sont parvenus à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous