Bosnie-Herzégovine : pourquoi la Republika Srpska tient-elle à célébrer sa « fête nationale » ?

| |

Le 9 janvier, la Republika Srpska prévoit de célébrer en grande pompes, et en présence du Premier ministre de Serbie Aleksandar Vučić, le Jour de la République, une « fête nationale » récemment déclarée contraire à la Constitution de la Bosnie-Herzégovine. Un pied de nez à Sarajevo, mais aussi et surtout au protectorat international. Pourtant, les intérêts bien entendus remontent au début des années 1990. Que cache cette rhétorique anti-impérialiste ? L’analyse de Bilten.

Par Vuk Bačanović Le 26 novembre 2015, à l’initiative du membre bosniaque de la présidence de Bosnie-Herzégovine, Bakir Izetbegović, la Cour constitutionnelle a déclaré que le projet de célébrer la fête nationale en Republika Srpska (RS), le 9 janvier, était inconstitutionnel. Comme de bien entendu, les dirigeants serbes se sont empressés de crier haro sur l’impérialisme occidental et les politiciens bosniaques. Il faut dire que cette Cour constitutionnelle est unique au monde : elle se compose de deux juges bosniaques, deux croates, deux serbes et trois étrangers. Elle estime que le « Jour de la République » de la RS ne reflète que les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous