Slobodna Bosna

Bosnie-Herzégovine : le « crime » de Florence Hartmann

| |

L’ancienne porte-parole de Carla Del Ponte, Florence Hartmann, est accusée par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) d’avoir rendu publics des documents secrets dans son livre Paix et châtiment, paru en septembre 2007. Ces documents prouveraient la responsabilité de la Serbie dans le génocide commis à Srebrenica, en Bosnie-Herzégovine. À l’occasion de la projection du film Résolution 819 à Sarajevo, Senad Avdić prend la défense de la journaliste dans sa colonne hebdomadaire.

Par Senad Avdić Résolution 819 (©Canal Plus) « Il ne me reste qu’à vous souhaiter une bonne projection du film », a déclaré le ministre de la Culture (et d’autres choses) du canton de Sarajevo, Emir Hadžihafizbegović, juste avant la projection de Résolution 819, le 3 décembre dernier. Ce film est l’œuvre du réalisateur italien Giacomo Battiati, et son thème, le génocide de Srebrenica. Toute l’élite bosnienne, vêtue de tenues glamour, s’était réunie pour la première du film et pouvait ainsi « profiter » de cette œuvre d’art. Emina Ganić, la fille du scientifique Ejup Ganić, s’était habillée comme si elle se rendait à une projection de Sex (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous