Radio Slobodna Evropa

Bosnie-Herzégovine : la privatisation, une longue descente aux enfers ?

| |

Autrefois, les Fonderies de Zenica étaient un fleuron de l’industrie yougoslave. Aujourd’hui propriété d’Arcelor-Mittal, l’usine est surtout connue comme le principal pollueur de la ville. Les salaires ne dépassent pas 500 euros par mois et le harcèlement est érigé en méthode normal de management. Retour sur une descente aux enfers.

Par Mirna Sadiković Il était une fois la Zenička Željezara, les Fonderies de Zenica, un établissement qui employait plus de 25.000 personnes. Les employés recevaient leurs salaires à l’heure, faisaient un travail extraordinaire, avaient droit à des vacances à la mer ou à la montagne. « Un véritable paradis pour les travailleurs », disent aujourd’hui avec nostalgie ceux qui se souviennent de ce temps-là. Les fonderies exportaient leurs produits dans toute l’Europe, et même jusqu’en Inde. Cette usine a été privatisée pour un dollar. Des milliers d’ouvriers ont perdu leur travail. Les Koweïtiens, désormais propriétaires de l’entreprise, peuvent compter (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous