Le Courrier de la Bosnie-Herzégovine / Radio Slobodna Evropa

Bosnie-Herzégovine : la culture prise au piège de l’incurie et de l’incompétence

| | |

Depuis la fin 2011, il n’est plus possible d’aller visiter un musée à Sarajevo. Les grandes institutions culturelles de Bosnie-Herzégovine ferment leurs portes les unes après les autres faute de moyens. Elles s’en prennent aux pouvoirs publics, accusés de ne pas les aider suffisamment. Haris Pašović, célèbre réalisateur et directeur du East West Centar de Sarajevo, dénonce plutôt l’incurie et l’incompétence des administrations culturelles. Interview.

Depuis la fin de l’année 2011, l’annonce de la fermeture de plusieurs institutions culturelles fait grand bruit en Bosnie-Herzégovine. C’est notamment le cas de la Galerie nationale de Sarajevo qui, en dépit de donations étrangères très conséquentes au fil des années, a dû mettre la clé sous la porte et du Musée d’histoire, qui abrite des expositions permanentes retraçant le siège de Sarajevo et l’histoire de la Bosnie-Herzégovine à travers les siècles. Depuis plusieurs mois, le musée était privé de chauffage et les employés ne recevaient plus leur salaire, faute de financements suffisants. Le prochain sur la liste est le Musée national, connu pour ses riches (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous