Bientôt une flotte de l’Otan dans les mers chaudes russes ?

| |

L’annonce mi-juin d’une « initiative » commune de la Roumanie, de la Bulgarie et de la Turquie sous l’égide de l’Otan en mer Noire a fait couler beaucoup d’encre et suscité un intense ballet diplomatique. Si Bucarest et Ankara seraient favorables au renforcement des patrouilles pour contrer Moscou, Sofia se déchire. Le sommet de l’Alliance, qui s’ouvre aujourd’hui à Varsovie, permettra-t-il d’y voir plus clair ?

Par Georgi Medarov Mi-juin, l’annonce de la potentielle arrivée de navires militaires de l’Otan en mer Noire a suscité une certaine émotion chez les hommes politiques et les médias de la région. Le trouble était tel que dès le lendemain de la visite à Sofia du président roumain Klaus Iohannis, le président, le Premier ministre et le ministre de la Défense bulgares ont, lors d’une conférence de presse commune, fermement rejeté toute participation de la Bulgarie à une éventuelle initiative de ce type soutenue par la Roumanie et la Turquie. La tension est encore montée d’un cran quand le Premier ministre Boïko Borissov a déclaré que la Turquie (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous