Serbie : Milica Ružičić, la peinture comme arme d’émancipation sociale

| |

Militante anarchiste, artiste plasticienne, Milica Ružičić a consacré en 2010 une série de tableaux à la dénonciation de la répression policière à travers le monde. Elle est également enseignante à l’École des Beaux-arts et des arts appliqués de Belgrade, et chanteuse du groupe Cruellas. Rencontre.

CdB : Vous n’avez pas seulement peint des scènes de brutalité policière durant des manifestations, mais vous avez aussi réalisé un tableau sur la lutte des travailleurs de Jugoremedija, une usine pharmaceutique qui a été sous gestion ouvrière. Pourquoi considérez-vous qu’il est important de peindre ce type de scène de lutte ? M.R : Pour moi, cette peinture représente un exemple positif de lutte collective pour le droit au travail. C’est pourquoi je l’ai réalisé dans des dimensions énormes de type musée (2×3 mètres). Mon intention était de faire cette toile sous la forme d’un événement historique important, alors que cette histoire était manipulée par les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous