Albanie : un gouvernement des élites, contre les citoyens

| |

Le mouvement contre la réforme de l’Université ne désarme pas depuis le printemps dernier. Arlind Qori, l’un de ses principaux animateurs, dénonce la continuité des politiques néolibérales mises en place depuis la chute du communisme par tous les gouvernements, qu’ils se disent de gauche ou de droite. Entretien.

Propos recueillis par Belgzim Kamberi Arlind Qorri enseigne les sciences politiques à l’Université publique de Tirana. Le Courrier des Balkans (CdB) : Pourquoi manifestez-vous contre la réforme de la nouvelle loi sur l’université ? Arlind Qorri (A.Q.) : Nous protestons contre cette réforme car elle est clientéliste par son origine et son contenu. Elle vise à financer les universités privées avec de l’argent public, elle augmente les droits d’inscription pour les étudiants, en transformant le droit universel à l’éducation en un privilège. La loi transforme les universités publiques en entreprises commerciales. Enfin, elle porte atteinte à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous