Croatie : une décentralisation au service des régions riches ?

| |

Il faut réduire les inégalités entre les régions croates, décentraliser le pays et renforcer les pouvoirs des communes et des comtés. Si tout le monde (ou presque) est d’accord sur le constat, les recettes proposées risquent de faire encore plus de mal : une logique libérale risquerait d’aggraver encore plus les déséquilibres territoriaux.

Par Nikola Vukobratović « La Croatie a besoin de décentralisation. » Ces dernières années, il n’y a pas un acteur politique qui n’ait basé une bonne partie de son programme électoral sur cette déclaration. En 2011, c’était l’une des promesses clés du « Plan 21 » proposé par les partis libéraux. L’ancien président de centre-gauche Ivo Josipović l’avait également soutenu, et la présidente conservatrice actuelle Kolinda Grabar Kitarović aime elle aussi à se présenter comme une partisane de la décentralisation. Ce qui ne veut pas pour autant dire qu’il y ait un consensus autour de cette question, qui peut revêtir plusieurs sens selon les interprétations, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous