Bombardements de Dubrovnik : 25 ans plus tard, un crime sans coupables

|

Le 1er octobre 1991 commençait le siège de Dubrovnik, essentiellement mené par des réservistes monténégrins de la JNA. À l’époque, les dirigeants du Monténégro, Milo Đukanović et Momir Bulatović, étaient de proches alliés de Milošević. L’opposition a sauvé l’honneur du pays, en s’opposant à la guerre, et en chantant « Dubrovnik, pardonne-nous ! »

Par Srđan Janković Il y a 25 ans, commençait l’agression de Dubrovnik par l’Armée populaire yougoslave (JNA) : sur le terrain, ce sont principalement des réservistes monténégrins qui ont été engagés. Or, jamais les responsabilités politiques, directes et indirectes, de l’un des épisodes historiques les plus compromettants de l’histoire du Monténégro n’ont été établies. Les premiers obus sont tombés sur Dubrovnik le 1er octobre 1991, tirés par des batteries de canons positionnées sur les montagnes environnantes. Quelque 7 000 réservistes, dépendant du ministère de l’Intérieur (MUP), ainsi que des formations paramilitaires de volontaires, ont (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous