Roumanie : « l’affaire Ponta », symbole d’un système politique rongé par la corruption

| |

Les députés roumains ont décidé ce mardi de ne pas lever l’immunité parlementaire du Premier ministre Victor Ponta, poursuivi dans une affaire de corruption. C’est la première fois en Roumanie qu’une enquête est ouverte contre un Premier ministre en fonction. Les faits que le parquet anti-corruption lui reproche illustrent la faillite de tout un système politique. Décryptage.

Par Julia Beurq Victor Ponta est-il en train de suivre la trace de son maître, l’ancien Premier ministre Adrian Năstase, condamné pour corruption en 2012 et 2014 ? Certes la comparaison est facile, mais il se pourrait que les faits lui donnent raison. Vendredi 5 juin, le parquet anti-corruption (DNA) a poursuivi le Premier ministre pour quatre chefs d’accusation : blanchiment d’argent, évasion fiscale, faux et usage de faux. L’affaire remonte à 2007, lorsque Victor Ponta exerçait encore comme avocat. Elle est intimement liée à la relation que le Premier ministre entretient avec Dan Șova, un sénateur social-démocrate, lui aussi poursuivi (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous