Roumanie : contre le réveil de la société civile, le PSD essaie de reprendre la main

| |

Comment transformer une victoire ? Le 21 février, le Parlement a définitivement entériné l’abrogation de l’ordonnance qui visait à blanchir les politiciens convaincus de corruption. Le triomphe du mouvement citoyen ne doit pas masquer les divisions du pays ni l’absence d’opposition crédible au Parti social-démocrate (PSD), toujours aussi puissant.

Par Laura-Maria Ilie et Florentin Cassonnet C’est un symbole qui en a amusé plus d’un : Florin Iordache, redevenu simple député, votant pour l’abrogation de l’ordonnance qu’il avait lui-même portée en tant que ministre de la Justice. Comme le symbole d’un homme sacrifié par le PSD sur l’autel de la contestation sociale. C’est ce même Florin Iordache qui ne cessait de répéter « alte întrebăre » (« question suivante ») lorsque les journalistes se relayaient en conférence de presse pour demander des explications sur cette ordonnance de modification du Code pénal dont personne n’était dupe : elle n’avait pas pour but de mettre le pays en accord avec (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous