Patrimoine industriel en Croatie : le tourisme contre la mémoire ouvrière

| |

Depuis quelques décennies déjà en Occident, on transforme d’anciens bâtiments industriels en lieux culturels prisés des adeptes du « lifestyle ». Une manière habile de tirer un trait sur l’histoire des luttes ouvrières et d’éliminer les tensions nées de la désindustrialisation. Au vue de l’histoire de l’ancienne Yougoslavie, la démarche s’avère un peu plus complexe. Ou au contraire plus simple. L’analyste de Vesna Vuković pour Bilten.

Par Vesna Vuković Le concept de « patrimoine industriel » est aujourd’hui couramment utilisé pour parler de vielles usines en ruine qu’il est bon de rénover à des fins culturelles. Ce dernier n’appelle aucune connotation négative et ne suscite aucune polémique. C’est dans les années 1980, alors qu’une désindustrialisation massive touchait les villes occidentales, notamment la Grande-Bretagne, que fut inventée l’idée que l’industriel pouvait devenir patrimoine. À cette époque, des dizaines de milliers d’emplois étaient détruits et une grande partie de la population ouvrière européenne s’appauvrissait. Cette dynamique négative devait être sauvée (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous