Bulgarie : les réfugiés ne sont pas les bienvenus

| |

Depuis la fermeture de la « route des Balkans », la Bulgarie se trouve à nouveau en première ligne dans la gestion de la crise des réfugiés. Et à l’approche des législatives anticipées du 26 mars, le discours anti-migrants se fait de plus en plus fort.

Par Tatiana Vaksberg Fatima et Farid sont arrivés il y a six mois à Elin Pelin, une petite ville située à une trentaine de kilomètres de Sofia. Malgré leur statut de réfugiés reconnu par les autorités bulgares, la municipalité a toujours refusé de leur délivrer des papiers. « Ils ne peuvent pas rester ici. […] Si on laisse ces gens s’installer dans notre ville, un jour d’autres réfugiés viendront prendre ce qui nous appartient », s’est justifié le maire d’Elin Pelin, Ivaïlo Siméonov, sur la chaîne privée bTV. Cette polémique survient quelques jours après la fronde du village de Chiroka Laka, dans le sud de la Bulgarie, contre deux Afghans de 15 et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous